Conseils municipaux

Le conseil municipal est une assemblée délibérante composée d'élus, chargée de régler par ses délibérations, les affaires de la commune. Il se réunit au moins une fois par trimestre selon un ordre du jour établit par le Maire. Ses séances sont publiques.

Le Conseil Municipal du 14 décembre s'est déroulé au restaurant scolaire afin de respecter au mieux les impératifs de distanciation sociale, en l'absence de public compte-tenu du confinement. 

A l'occasion de cette séance, les élus ont accepté à l'unanimité de transférer à la Communauté de Communes du Liancourtois - La Vallée Dorée deux nouvelles compétences : la compétence "mobilité" et la compétence "Relais d'Assistantes Maternelles". 

L'intégration de Liancourt au RAM de la Vallée Dorée sera effective à partir du 1er septembre 2021. 

Le RAM est un service gratuit qui s'adresse aux jeunes parents et aux assistantes maternelles agréées. A quoi sert concrètement le RAM ?

Ses missions sont très diverses :

  • côté parents, le RAM informe et conseille sur l’emploi d’une assistante maternelle. Il informe sur les différents modes de garde et met en relation avec les assistantes maternelles agrées disponibles sur le territoire. Il conseille les parents sur les démarches administratives liés à l’emploi d’une assistante maternelle : aides financières Pajemploi, contrat de travail de l’assistante maternelle… Le RAM pourra également servir de médiateur en cas de différend avec l’assistante maternelle
  • côté assistantes maternelles, le RAM a un double rôle : les informer sur leurs droits et devoirs de professionnelles de la petite enfance et les aider à sortir de leur isolement.

Les assistantes maternelles peuvent trouver auprès du RAM une écoute et un soutien en cas de difficultés avec les parents ou la PMI, en cas de démarches administratives compliquées. Elles peuvent poser des questions et obtenir des informations sur la convention collective des assistantes maternelles, obtenir de l’aide pour les calculs de mensualisation et de fin de contrat…

Enfin, il joue un rôle important en aidant les assistantes maternelles à rompre leur isolement professionnel : en étant une oreille attentive et en leur donnant des conseils éducatifs, psychologiques ou de santé et en organisant des rencontres entre professionnelles, des ateliers communs, des conférences ou des tables rondes sur des thèmes professionnels, voire des journées de formation continue.

De nombreuses demandes de subventions, auprès de l'Etat, du Conseil Départemental de l'Oise et du Conseil Régional des Hauts-de-France ont par ailleurs été votées par les élus, afin de permettre d'obtenir le financement des projets municipaux prévus pour l'année 2021. 

 

 

Question posée par Michèle PEREZ

Monsieur le Maire, mesdames et messieurs les élus, il ne m'est pas nécessaire de rappeler les caractères exceptionnels et dramatiques de la crise sanitaire à laquelle nous devons faire face. Cependant, nous avons l'obligation de mettre un protocole sanitaire très strict afin de limiter la propagation du virus, c'est pourquoi je m'étonne qu'aucun protocole sanitaire soit mise en place à proximité du siège du père Noël qui est a disposition pour le plus grand bonheur de tous ? 

 

Réponse apportée par Valérie MENN

Madame Pérez,

Les élus de la majorité municipale sont pleinement conscients de la nécessité de lutter contre la propagation de la COVID-19. Chacune de leurs décisions est dictée depuis le début de ce mandat, par l'exigence de sécurité sanitaire. C'est pourquoi, contrairement aux années précédentes, le Père Noël n'est pas présent dans les rues de Liancourt et n'est pas non plus présent pour des séances photos près du siège que vous évoquez dans votre question. L'installation de ce siège n'appelle pas une mise en place de mesures sanitaires particulières. Je vous rappelle qu'au sein des écoles, les structures de jeux collectifs sont accessibles aux enfants sans aucune restriction, conformément au protocole sanitaire de l'Education Nationale. De la même manière, aucune restriction d'accès ne s'applique aux structures de jeux installées dans les parcs publics, comme dans le jardin de la médiathèque, aux bancs publics.... Chaque citoyen est parfaitement informé des mesures barrières à appliquer au quotidien : distanciation sociale, port du masque et lavage des mains. Je peux ainsi vous rassurer Mme Pérez, le siège du Père Noël mis à disposition des familles à l'occasion des fêtes de fin d'année n'est pas un lieu de contamination à la COVID-19 mais un espace dans lequel les plus jeunes peuvent encore profiter de la magie de Noël.

 

Question posée par Loïc ABGRALL

Monsieur le Maire, mesdames et messieurs les élus, pourquoi, malgré l'autorisation rendu possible par le ministère chargé des sports en date du 28/11 pour les mineurs et du 04/12 pour les adultes d'autoriser l'ouverture des équipements sportifs de plein air ,en respectant bien-sûr les règles de protocoles sanitaires renforcés, toujours dans le strict respect de distanciation et avec une attestation de déplacement dérogatoire, et malgré l’acceptation de toutes les communes voisines et l'acceptation des 2 autres communes de la fusion d'avoir accès aux équipements en respectant les mêmes règles , vous avez jugé que les équipements de notre commune faisait exception à une décision ministérielle et validé par les différentes ligues et district du sport concerné ?

 

Réponse apportée par Monsieur le Maire

Monsieur Abgrall,

En tant que Maire, j’ai la responsabilité de décider de l’ouverture ou non des équipements publics en respectant deux guides : la loi, d’une part, et la sécurité sanitaire des usagers de ces équipements, d’autre part.

Le décret n°2020-1454 du 27 novembre 2020 modifiant le décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de Covid-19 est paru le 28 novembre 2020. Il concrétise le départ de la première phase d'allégement du confinement.

Au sein de chaque département, les préfets peuvent décider d'ajouter des mesures sanitaires plus contraignantes, ce qui fut souvent le cas dans le département de l'Oise, durement touché par l'épidémie de COVID-19. Ce sont donc les consignes dictées par la Préfecture de l'Oise qui s'appliquent sur notre territoire et non celles du Ministère des sports ou de la Fédération Française de Football.

Par trois points d’information datant respectivement des 30 novembre, 3 décembre et 7 décembre derniers, la Préfecture de l’Oise a précisé la fermeture des vestiaires collectifs et l’interdiction de la pratique des sports collectifs et de combat.

A ce jour, les mesures sanitaires en vigueur qui s'appliquent dans l'Oise, listées sur le site de la préfecture de l'Oise indiquent toujours que les établissements sportifs de plein air comme les stades, sont fermés sauf pour le sport professionnel et de haut niveau, les groupes scolaires et périscolaires.

Au vu de ces informations, j'ai en effet décidé de ne pas ouvrir le stade René Naudot jusqu’ici.

La nouvelle phase de déconfinement qui débutera demain, permettra la reprise des activités des activités sportives des mineurs, en intérieur comme en extérieur, avec une utilisation possible des vestiaires collectifs. Seuls les sports de combat resteront interdits.

La salle des sports Guy Lejeune et le stade René Naudot pourront donc de nouveau accueillir les jeunes, dans le respect du protocole sanitaire de reprise des activités sportives des mineurs qui prévoit notamment l'organisation d'activités sportives adaptées qui évitent le brassage des enfants, impose des effectifs réduits et la tenue d'un registre nominatif des personnes accueillies.

Chaque association devra apporter les garanties nécessaires afin d'être autorisée à accéder aux équipements sportifs municipaux. La salle des sports Guy Lejeune et le stade René Naudot resteront en revanche fermés à l'entraînement des adultes amateurs.

La circulation du virus reste active au sein de notre pays et les décisions prises par les élus locaux doivent veiller à garantir la sécurité sanitaire de tous.

Je m'étonne d'ailleurs de votre question qui est en complète contradiction avec la ligne politique des élus issus de la liste "Liancourt de demain". Dans la première question posée par Mme Pérez et dans une publication sur la page Facebook de votre groupe, la municipalité est accusée de ne pas être assez vigilante quant aux mesures sanitaires contre la propagation du virus voire même accusée de mettre en danger la population.

En tant qu'élus de la République, je vous invite à plus de cohérence dans votre ligne politique et à mesurer la portée de vos propos, parfois diffamatoires.

J’assumerai, pour ma part, les décisions prises au nom de la majorité dans la gestion de la crise sanitaire et qui n’ont d’autre but que la protection collective et le respect des règles imposées par l’Etat.

 

Question posée par Ophélie VAN ELSUWE

Monsieur le Maire, représentant et garant de l'ordre public, élu et agissant en tant que 1er Magistrat de notre ville, malgré l'arrivée d'un agent de police municipale, que comptez-vous mettre en place à Liancourt afin d'assurer la sécurité pour nos concitoyens devant une augmentation des actes d'incivilités et des délits  comme des dégradations de voitures, quand elles ne sont pas volées, des tirs de feux d'artifices,  de mortiers, des flacons de gaz hilarant, des cartouches et des seringues jonchant les trottoirs de Liancourt ?

 

Réponse apportée par Sébastien RABINEAU

 

Je suis surpris de la question de Madame Van Elsuwe : vous ne pouvez pas ignorer, compte-tenu de votre ancien mandat d’adjointe au Maire de Rantigny, que la loi répartit les missions relatives à la sécurité entre le Maire et l’Etat.

La gendarmerie a pour mission d’assurer la sécurité publique et l’ordre public, en tant que force armée qui veille à l’exécution des lois. C’est une mission qui relève directement de l’Etat. D’autre part, la mission essentielle de la police municipale est la police administrative. Elle assure la prévention et la surveillance du bon ordre, de la tranquillité, de la sécurité et des salubrités publiques.

Pour être parfaitement clair : empêcher les vols de voiture, la consommation de stupéfiants ou l’augmentation des délits que vous évoquez ne relève ni du Maire ni de la police municipale. Ce sont les gendarmes, sous l’autorité du Ministre de l’Intérieur et du Préfet, qui sont chargés de notre sécurité et qui font - avec les trop faibles moyens qui leurs sont donnés - le travail quotidien de lutte contre la délinquance.

Vous trouverez à l’article R15-33-29-3 du code de procédure pénale la liste, strictement limitée, des infractions pour lesquelles, sous l’autorité du Maire, la police municipale est habilitée à établir un procès-verbal. Vous pourrez ainsi constater que la police municipale n’a pas qualité pour intervenir dans les situations que vous évoquez.

Avec l’arrivée d’une nouvelle cheffe de poste de la police municipale, l’installation d’un dispositif de vidéoprotection dont nous avons parlé pendant le Conseil municipal ou encore l’acquisition d’un nouveau véhicule électrique, je crois pouvoir dire avec fierté que la municipalité prend toute la place qu’elle peut dans les missions qui relèvent de ses compétences.

Au reste, vous faites une description de la situation qui ne correspond pas à la réalité : vous nous indiquez que la ville de Liancourt subit une augmentation des incivilités ou de la délinquance sans apporter la moindre preuve chiffrée. Vous ne nous dites pas, par comparaison au reste de notre territoire ou de notre pays, ce qui ferait la particularité de notre ville.

Surtout, à ce stade du raisonnement, je souhaite rappeler les termes de votre question : vous nous alertez sur le fait que les trottoirs de notre ville sont "jonchés de cartouches et de seringues". Cette déclaration est incroyable. Ce n’est pas notre expérience et je ne comprends pas – ou j’ai peur de comprendre – ce qui motive une description aussi éloignée de la réalité... Nous avons un devoir de vérité vis-à-vis des administrés auquel personne, pas même l’opposition, ne peut se soustraire.

Pour conclure, Monsieur le Maire, dans un contexte où les motifs légitimes d’inquiétude ne manquent malheureusement pas, je pense qu’il faut regretter toutes les caricatures et tous les excès qui ont pour objectif de jouer sur les peurs. C’est ce que fait la majorité, sous votre autorité, en investissant pleinement ses compétences pour la tranquillité des Liancourtoises et des Liancourtois.

Duc-La-Rochefoucauld